En quoi la relation de nos parents influence notre relation amoureuse ?

 

Intervention de Jeanne Marie Vidon, intervenante sur le plateau de LTOM, France Ô

 

Education & enfance : point de départ de notre vie amoureuse

La manière dont on observe le monde, dont on appréhende les relations aux autres, tout cela va se construire dès le plus jeune âge même si nous ne nous en rendons pas compte.

C’est en effet durant l’enfance, en observant le fonctionnement de ses propres parents ou des figures faisant office d’image parentale que nous nous construisons en tant que personne. Nous restons et resterons toujours influencé par notre passé.

Nous devons tenir compte que le premier modèle de relations amoureuses et de cohabitation qu’on les enfants sont celui qu’ils observent au sein du couple de leurs parents ou chez le couple avec lequel ils vivent. Ce qui est vécu, vu et ressenti conditionnera les actions futures des enfants. Les enfants sont imprégnés de toutes les ambiances et atmosphère qui les entourent. Tout ce qui se vit autour d’eux aura une influence sur leurs futures relations. On va noter que la relation de nos parents peut se retrouver dans nos propres relations et cela de manière inconscientes.

Le couple de nos parents nous influence quotidiennement dans nos comportements et attitude. Mais la société toute entière est également une source d’influence au travers des médias, de la télévision, des lectures…

Les reflexes que l’on a lorsqu’on vit une relation amoureuse ou que l’on vit en couple, ne sont pas des choses qui apparaissent par hasard. C’est le fruit de notre éducation et de notre enfance. Nos parents, notre famille sont nos premiers modèles, sont les premiers à nous
éduquer, à nous apprendre à nous comporter dans un groupe, dans un couple. Dès la naissance, l’enfant se construit à partir de ces modèles, parents ou substituts parentaux, en fonction des échanges vécus avec son entourage. Dès la première année, l’enfant ajuste ses comportements en fonction des réactions qu’il a intériorisées de la part de ses figures parentales.

 

Prendre rendez-vous pour être accompagné.e

 

A la naissance, l’enfant exprime des comportements dit d’attachements (cris, pleurs) qui sont destinés à appelé ou simplement maintenir les parents auprès de lui. Si les réponses que l’enfant obtient sont en adéquation avec ses besoins, il saura les faire évoluer pour
mieux s’adapter pour obtenir une satisfaction. Les réponses réconfortantes des parents faciliteront chez cet enfant l’émergence d’un sentiment de sécurité.

En revanche si les comportements de l’enfant donne lieu a un rejet ou ne sont pas pris en compte par les parents, celui ci apprendra à les retenir, les inhiber et il renoncera au fil du temps à faire appel aux parents, pour ne pas le déranger ou ressentir un sentiment d’insécurité voire de rejet.

Les enfants ayant évolué dans un univers sécure ont tendance à avoir plus confiance dans leur relation, ce qui leur procure un bon équilibre entre leurs besoins de protection et leurs besoins d’exploration.

Les enfants ayant une forme d’attachement insécure ont une tendance plus forte à l’évitement et/ou à l’anxiété.

En matière d’attachement nous distinguons deux styles principaux : sécure et insécure. Une grande partie d’entre nous sommes doté d’un attachement sécure, ce qui nous permet en générale de bien vivre une relation amoureuse avec une certaine confiance en son partenaire.

L’attachement insécure, se caractérise sous deux formes :

 

Insécure évitant

Se traduit par une forme de méfiance envers les autre et une difficulté à s’engager sur le long terme. Pour eux, les partenaires potentiels sont assez peu fiables. Ces personnalités peuvent esquiver les relations proches en particulier les relations amoureuses.

 

Insécures anxieux

Qui eux, se jugent souvent indigent d’une relation amoureuse, ils pensent que l’amour est difficile à trouver et à garder. Ils ont tendance à se dévaloriser et craignent sans cesse de perdre l’autre.

Le style d’attachement a une influence également sur la vie sexuelle. Un attachement sécure conduit à une sexualité plutôt satisfaisante, avec un désir très présent et empreint d’un certain partage émotionnel.

Les individus insécures anxieux vont plutôt utiliser la sexualité pour rester proche de leur partenaire même si le désir est peu présent.
Les insécures évitants ont plus souvent une sexualité dépourvu d’affect, un désir assez faible, les évitant d’entrer en contact et en relation avec l’autre.

Très souvent j’entend en consultation : « mes parents n’étaient pas très démonstratifs sur le plan affectif et du coup aujourd’hui, j’ai du mal à exprimer mes émotions dans mon couple ». Ou alors « mes parents se disputaient pour tout et n’importe quoi, j’ai l’impression de faire comme eux, je m’emporte pour tout et n’importe quoi ». Ces déclarations démontrent que nos parents ont un réel impact sur nos comportements dans nos relations amoureuses. La dynamique parentale dont nous sommes témoins enfant et adolescent aura inévitablement une influence sur notre vie de couple. Nos parents sont notre premier cadre de référence.

 

La relation à la mère

La maman est la première figure d’attachement. Les sentiments qui la rattachent à son enfant sont très fort puisqu’elle est la première soignante. Si le nourrissons ne ressent pas cette implication sentimentale, il se verra sentimentalement bousculé en grandissant. Une personne dont la mère a été distante voire absente ou indifférente peut craindre et vivre un sentiment d’abandon une fois adulte et dans son couple peut avoir l’appréhension d’être quitté à la moindre dispute, ne pas arriver à faire confiance en l’amour et l’attachement de son conjoint. Et parallèlement, une maman trop fusionnelle sera quant à elle déstabilisée ou angoissée par les transformations et la prise d’envol de son enfant, avec une angoisse très forte de perte de contrôle et cette réaction pourra laisser penser à son enfant qu’il y aura quelque chose d’inquiétant dans la prise d’autonomie, avec un manque de confiance dans sa capacité à appréhender la vie de manière autonome.

 

La relation du père

La présence du père ou faisant office de figure paternelle est excessivement important dans le développement de l’enfant. Il se positionnera comme le tiers séparateur entre l’enfant et sa mère afin de l’accompagner vers l’extérieur.

Un père présent, attentionné, disponible, encourageant favorisera la confiance, l’estime de soin l’autonomie de l’enfant. Si pour la fille l’image du père est assombri et entachée pour une quelque raison (absence, violence, alcoolisme, infidélité répétée), c’est l’image de tous les hommes qui pourra subir le même sort.

Pour le garçon si son père est suffisamment aimant et valorisant, ces attitudes renforceront son identité masculine.
Un enfant, qui à chercher une partie de sa vie valorisation, attention, et encouragement de la part de son ou ses parents, pourra devenir un adulte qui cherchera toujours dans le regard de l’autre et plus particulièrement dans le regard de son conjoint cette valorisation, cette attention. Ce pourra être source d’incompréhension et de tension très forte dans le couple.

 

Apprendre à devenir des individus à part entière

Il nous sera impossible d’interagir et de modifier notre passé. Si notre enfance a été douloureuse, compliquée, il nous faudra, adulte, apprendre à acquérir des outils qui nous permettront d’acquérir une liberté individuelle. Tout d’abord en acceptant sa propre
histoire, en la comprenant, et nous parviendront alors à exister en tant qu’homme et femme individué.

Si nous ne pouvons changer le passé, nous pouvons tenter de le réécrire, nous pouvons transformer les scènes vécues afin qu’elles correspondent mieux à ce que l’on aurait souhaité. C’est une manière de devenir acteur de sa vie, de ne plus la subir, d’une manière fataliste, mais de lui donner volontairement une couleur et une tonalité différente.

 

Comment choisissons-nous notre partenaire ? Est-ce le fruit du hasard ?

Le couple représenté par celui de nos parents est notre première vision de l’amour. Un enfant aura du mal à distinguer ce qui est normal ou ne l’est pas, l’image du couple parental devient donc la normalité en matière d’amour. Si le couple parental a eu une relation épanouie, il sera plus aisé d’envisager les relations amoureuses.

Anne Teechewort (psychothérapeute américaine diplômée en Gestalt thérapie et spécialiste dans la thérapie de coupe), dit que nous avons tous un parent modèle et un parent partenaire.

Mais n’imaginons pas qu’un homme choisira forcément une compagne qui ressemble à sa mère et une femme, un homme qui ressemble à son père. C’est un peu plus compliqué que cela.

Chaque enfant va idéaliser un de ces parents, s’identifier et le copier. Le second parent deviendra alors le partenaire idéal et l’enfant cherchera à rencontrer quelqu’un qui ressemblera à ce partenaire parental choisi.

Il va y avoir difficultés s’il y a eu conflit dans la relation amoureuse de nos parents. Leur relation deviendra un repère, une norme. Si ce couple parentale avait une relation violente (verbalement ou physiquement), une relation d’emprise, ou de domination, il est fort probable que ce jeune adulte fonctionne assez spontanément avec les conflits ou la relation de pouvoir.

En conclusion notre passé influence fortement notre vie amoureuse. Enfant et adulte nous avons des styles d’attachement similaires. Le style d’attachement décrit notre besoin d’être protégé émotionnellement. Ce besoin ne semble pas disparaître à l’âge adulte et constitue, avec l’attirance sexuelle, une des principales motivations pour se mettre en couple.

Le poids du passé, nos évènements heureux ou malheureux nous façonnent et lorsque nous devenons adultes, il est nécessaire de faire le tri de ce qui est bon et à conserver de notre héritage familial et ce qui doit être abandonné.

Il est important de se faire confiance, et se laisser influencer par notre moi intérieur, qui connaît ce dont nous avons besoin pour être heureux.

Vous souhaitez être accompagné.e ou recevoir des conseils ?
Contactez-moi par mail ou par téléphone ici